ceviz, walnut , chandler , ceviz aşısı, franquette, kaman1, fernor, sebin, fernette, walnuts, ceviz yetistiriciligi, lara, howard,salkım ceviz, noix, tulare, Juglans hindsi, juglans regia, black walnut :::: Dordogne C'est pas la peine de pleurer mais honnêtement
Dordogne C'est pas la peine de pleurer mais honnêtement
Tarih: 23.05.2018 Saat: 00:31
Konu: Videolu Haber


Dordogne C'est pas la peine de pleurer  mais honnêtement


Dordogne : "C'est pas la peine de pleurer, mais honnêtement on a 90% de perte après le gel", un nuciculteur



Gérard Boudy estime que 90% de sa récolte de noix est cramée par le gel. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord
Une semaine après le gros coup de gel qui a frappé la Dordogne, c'est la douche froide pour les producteurs de noix. Alors que les bourgeons devraient doucement éclore à cette période, quasiment 90% d'entre eux ont gelé.


Cramés par le gel, les bourgeons ne sont plus très nombreux sur les branches des noyers de Gérard Boudy et de ses enfants. Une semaine après la vague de froid qui a glacé la Dordogne, ils ne peuvent que constater les dégâts sur leur exploitation de 47 hectares au lieu-dit Manestrugeas, à Montignac.Gérard Boudy et sa fille Adeline constatent les dégâts sur les branches des noyers. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord


90% de perte en 2017


"Il reste peut-être un... voire deux bourgeons sur cette branche", s'écrit Gérard Boudy. Tout a été noirci par le gel, en l'espace d'une nuit. "Je me suis levé le matin, c'était tout blanc. Il a fait... je sais pas... -4, -5 degrés... Je me suis dit c'est cuit." Ecoutez Gérard au micro France Bleu Périgord :Devant une telle situation, sa fille Adeline, gérante aujourd'hui de l'exploitation avec son frère Firmin, s'inquiète pour la récolte de 2017. "L'année dernière, une des plus belles années de récolte qu'on ait eues, on a récolté 70 tonnes de noix." Cette année, la famille espère, au mieux, compter 7 tonnes, soit dix fois moins.Tout ça, "en travaillant autant." Il va en effet falloir, cet automne au moment de la récolte, passer "entre toutes les parcelles." Ce qui va leur prendre du temps. L'exploitation couvre tout de même 47 hectares.


Pour l'heure, la famille estime avoir perdu 90% de ses bourgeons à cause du gel. "Dans quinze jours on pourra faire un vrai bilan", tente de se rassurer Gérard Boudy. "Peut-être que certains bourgeons ne seront pas gelés... si ils sont vaillants !", plaisante-t-il.Ce n'est pas la peine de pleurer, mais honnêtement y'a 90% de perte là


— Gérard Boudy, nuciculteur


Déçu et en colère, il ne peut finalement que constater et encaisser la situation. Avec ses enfants en tout cas, ils savent déjà que cette année ils n'investiront pas sur l'exploitation, pas même pour changer la table de dénoisage.



Kaynak: http://www.ceviz.biz
Pencereyi Kapat